Thanksgiving, une histoire de Pères Pèlerins et de dindes indiennes

freedom from want Norman Rockwell

Ce tableau de Norman Rockwell, mon illustrateur américain chouchou, nous présente ici le repas traditionnel de Thanksgiving où les familles et les amis se réunissent pour rendre grâce, remercier et savourer ce qu’ils ont. On y voit la fameuse et incontournable dinde. Quelle est l’histoire de cette fête ? Que célèbre-t-on exactement ? Pourquoi une dinde? Je vous propose de faire un petit tour historique et culinaire ! 

L’Histoire de Thanksgiving

Bien, je suppose que vous avez entendu  parler des Pères Pélerins, les Pilgrim Fathers, ces Anglais puritains débarquant sur le continent américain du navire Mayflower en 1620 ? C’est de là que tout part.

Ces hommes et ces femmes sont des Puritains, écrit avec un « P » car il s’agit ici non pas du terme galvaudé désignant une pudeur excessive mais un courant calviniste qui apparaît au sein de l’Eglise d’Angleterre au 16ème siècle. Par ce terme ils expriment leur souhait de purifier l’Eglise Anglicane d’une partie de ses rites et de son cérémonial. Au sein de ce mouvement, les Séparatistes, décident de quitter l’Angleterre et frappent à la porte de la Compagnie de Plymouth pour tenter l’aventure d’une nouvelle vie sur le sol américain.

Les trente-cinq Séparatistes qui embarquent à bord du Mayflower sont tous originaires de Scrooby dans le Nottinghamshire. Sous la conduite de William Bradford 102 passagers naviguent vers le Massachusetts dans ce qui deviendra la Nouvelle-Angleterre.

plymouth colony mapplymouth massachussetts new england

Entendons-nous bien, ces pélerins n’étaient pas les 1ers colons. La première colonie, Roanoke, fut fondée en 1584 par les Anglais en Caroline du Nord Elle n’a perduré que 4 ans, les colons qui l’habitaient ont disparu mystérieusement. C’est la « lost colony » (la colonie perdue).

may flower

Le Mayflower 2. crédit photo Plimoth Plantation

A l’approche des côtes, vers le cap Cod, 41 hommes rédigent et signent un document, le Mayflower Compact, dans lequel ils s’engagent à former un gouvernement et à voter des lois pour le bien de la colonie. Les leaders concentrent ainsi le pouvoir politique entre leurs mains. En s’organisant ainsi, avec leur sens de la communauté et de l’ordre, ils se préparent à cette terre inconnue et peut-être inhospitalière.

J’essaie d’imaginer les émotions et les sentiments qu’ont dû ressentir ces hommes et ces femmes à l’idée de cette nouvelle vie… Parce que là pour le coup c’était pas juste « hop j’ai un nouveau job, je change de vie ». Non, là ils arrivaient sur un territoire inconnu, lointain en se préparant à fonder une petite communauté avec ses propres règles ! Ca devait être follement enthousiasmant et terriblement flippant.  Tout ça sans wifi. Moi, je dis respect.

Alors, autant annoncer la couleur illico : ils en ont bavé. Parce que, ce qu’ils ne savaient pas, c’est que les trois précédentes années, de 1617 à 1620, une série d’épidémies, probablement l’hépatite A, a décimé les Patuxets et les Massachussets, peuples améridiens de la côte. Certes, cela permet aux nouveaux arrivants de récupérer les terres abandonnées mais elles sont vides de toute culture. Ils construisent des petites maisons en bois et un entrepôt, érigent des palissades et plantent du maïs,  Plymouth (Plimoth Plantation) vient de naître.

Le 1er hiver la moitié meurt de faim et de froid. Ca commence mal. Un jour un indien Tisquantum, Squanto pour les intimes, parle anglais (il avait été fait prisonnier, amené en Espagne pour être vendu comme esclave, puis réussit à s’enfuir et part en Angleterre d’où il reviendra en 1619 recueilli par les indiens Wampanoag). A la fois interprète et intermédiaire culturel, il joue les Nicolas le Jardinier en leur expliquant comment se servir des poissons comme engrais (ironie du sort, il avait peut-être appris cette  technique de fertilisation en Europe). Sympa.

Squanto

 Du coup en 1621 la moisson de haricots, maïs et potirons est exceptionnelle. Merci qui ? Merci Squanto.

Le repas de Thanksgiving

Deux versions de l’origine de ce repas existent.

Version 1 : le repas des voisins

Donc en 1621, les Pilgrim Fathers, grâce à leur pote Squanto, peuvent enfin manger à leur faim. Reconnaissant (envers Dieu), William Bradford, Gouverneur de la colonie, décide de proclamer un jour de remerciement et d’action de grâce que les pélerins vont partager avec leurs voisins indiens. Une sorte de fête des voisins ou chacun apporte un truc à bouloter. Les Anglais fournissent les légumes bio du potager et les Indiens, grands chasseurs, apportent du gibier et des dindes à rôtir.

thanksgiving by Brownscomb

 The First Thanksgiving at Plymouth. Jennie Augusta Brownscombe (1914)

A mon avis cette première version est trop belle pour être vraie mais c’est justement parce qu’elle l’est que je la préfère.

Version 2 : Y’a plus de saisons, ma brave dame.

Ca se serait passé un peu plus tard, en 1623. Les années se suivant mais ne se ressemblant pas, en raison d’une sécheresse qui réduit les récoltes, Bradford décide d’une journée de jeûne (bien obligés) et de prière. Quelques jours plus tard, la pluie tombe, la récolte est sauvée. Une journée de remerciement est décidée le 29 novembre.

C’est nettement plus sobre, moins généreux et moins festif…

Thanksgiving, fête nationale

L’histoire des Etats-Unis n’a pas commencé au cap Cod en 1620 mais l’épopée transatlantique des Pères Pélerins, cette migration collective sur fond biblique, est souvent perçue comme le récit fondateur de la nation américaine. C’est la raison pour laquelle Georges Washington, premier Président des Etats-Unis suggérera la date du 26 novembre comme journée d’action de grâce dans tout le pays. Mais il faudra attendre 1863 pour que le Présidant Lincoln décrète Thanksgiving fête nationale le 4ème jeudi du mois de novembre.

Que mange-t-on à Thansgiving ?

Forcément qui dit fête dit ripailles à plus fortes raisons quand ladite fête commémore un repas. Le repas traditionnel comporte les éléments de base présents en 1621 : potirons et dinde. Des variantes régionales existent cependant une dinde farcie accompagnée d’une purée de pommes de terre, de patates douces, d’une gelée de canneberge et une tarte à la citrouille en dessert sont les éléments de base d’un repas de Thanksgiving.

table de thanksgiving passion amerique

Crédit photo Passion Amérique

La dinde graciée par le Président

La tradition veut que chaque année une belle et grosse dinde soit choisie pour le repas de Thanksgiving du Président des USA. Mais le Président la gracie et elle repart chez elle (ou plus probablement mangée par quelqu’un d’autre). Bon, quand on sait que ce jour-là ce sont des millions de dinde qui sont dégustées (46 millions peut-on lire sur le net) ça me laisse perplexe et furieux les militants de la cause animale.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s